Rejoignons les PUMAs !

Publié le

Hier, la mascarade a atteint son apogée : Hillary a rejoint Obama sur scène au cours d'un grand meeting de réconciliation à Unity, nom choisi bien sûr pour marquer la nouvelle grande union du Parti Démocrate.
Au cours de cette pseudo-fête visant à célébrer l'unité retrouvée à Unity, le vainqueur et la vaincue ont chacun prononcé un discours dans lequel il ou elle rendait hommage à son adversaire. Les étreintes et les embrassades étaient bien entendu très sincères, les compliments que chacun s'adressait respectivement venait du fond du coeur, et les sourires n'étaient évidemment pas de façade...
Cette belle image, les médias, une fois encore, l'ont véhiculée volontiers sans se poser de questions...


Mais, près de Unity, un groupe de manifestants entendait démontrer que ces scènes de parfaite entente que l'on reverra sans aucun doute ces prochaines semaines sont une belle mascarade. Ces manifestants, souvent des femmes, s'appellent les PUMAs.
Les PUMAs (Party Unity My Ass) sont des anti-Obama convaincus, souvent anciens supporters et électeurs de Hillary pendant les primaires, très déçus de la manière dont les Démocrates ont géré cette élection, et très en colère contre leur Parti. Selon eux, la désignation s'est faite de manière injuste, et ils entendent bien mettre des bâtons dans les roues à un candidat qu'ils considèrent comme illégitime, et surtout indigne de les représenter.

C'est pourquoi, ils ont créé un PAC ou political action committee (comité d'action politique) dont le but est de démontrer que le Parti Démocrate n'a pas fait le bon choix pour l'élection de novembre. Créé au lendemain du concession speech de Hillary Clinton, ce mouvement regroupe aujourd'hui tous les petits groupes de protestation qui se sont formés après la nomination officielle d'Obama, et qui rejettent catégoriquement le sénateur de l'Illinois comme candidat à la présidentielle.

Ce mouvement, très récent donc, a peu à peu pris de l'ampleur, et a réussi à faire parler de lui sur les grands networks, comme Fox News, MSNBC, CNN, ce qui n'est pas un mince exploit dans la Obamania ambiante, qui a tendance à mépriser et ignorer tous ceux qui veulent faire entendre une voix dissidente.

Les PUMAs ont l'intention de rugir dans les semaines à venir, et ils pourraient bien être rejoints par Bill Clinton, qui pour l'instant, et c'est tout à son honneur, refuse de se joindre à l'hystérie collective en faveur du candidat désigné. Tout le monde a noté son absence hier, lors du grand rassemblement à Unity. Tout le monde a remarqué qu'il ne s'est pas encore exprimé publiquement sur la candidature Obama, et qu'il s'est contenté du "minimum syndical", en début de semaine. Ainsi, son porte-parole, Matt McKenna, a simplement lu un communiqué qui disait :
"President Clinton is obviously committed
to doing whatever he can and is asked to ensure Senator Obama is the next president of the United States".
Peu convaincant et peu convaincu !
Mais comment pourrait-il en être autrement ? Comment les médias peuvent-ils en être à reprocher à Bill Clinton de ne pas montrer plus d'enthousiasme à  l'égard d'un homme qui a mené contre lui une campagne de dénigrement en systématiquement minorant tout ce qu'il a accompli en tant que président ? Et surtout, en parvenant, grâce à la complicité de ces mêmes médias à le faire passer pour "raciste", le discréditant (et discréditant surtout sa femme candidate) totalement auprès de la communauté noire, qui pourtant le considérait comme "the first black president" (citation de Toni Morrison).

Un journal anglais, le Daily Telegraph, révèle que selon plusieurs sources proches de l'ancien président, ce dernier se trouve actuellement dans une colère telle contre Obama, qu'il aurait déclaré : "Barack Obama must kiss my ass if he wants my support". L'article révèle également que Bill Clinton continue de penser que le sénateur de l'Illinois n'a aucune chance de gagner, et il ne veut surtout pas s'associer à cet échec annoncé.

La question est donc de savoir maintenant : quand Bill Clinton va-t-il rejoindre les PUMAs ?

Commenter cet article