Hillary vice-présidente ? Non, merci !

Publié le

La propagande médiatique se poursuit : il faut démentir toutes les rumeurs révélées sur ce blog ce week-end, selon lesquelles Bill Clinton serait toujours très en colère contre Obama. Aujourd'hui, Terry McAuliffe, l'un des directeurs de campagne de Hillary, s'est empressé d'affirmer que jamais l'ancien président n'avait eu de mots pareils à l'encontre du chouchou des médias, et pour cause : cela commençait à ternir sérieusement la belle image d'unité que l'on tente de véhiculer depuis quelques jours, et surtout, les journalistes bien-pensants commençaient à se fâcher tout rouge contre le mari de Hillary !

Vous vous rendez compte : Bill Clinton ne serait donc plus qu'un vieil aigri incapable de digérer la défaite de sa femme et d'accepter que leur couple est désormais has-been, qu'ils n'ont plus qu'à prendre tous deux leur retraite et à laisser leur place au jeune loup, à l'étoile montante, à la star de demain ! Vite, vite, il fallait rectifier, et assurer que jamais au grand jamais Bill Clinton n'aurait dit une chose pareille, aussi vulgaire. D'ailleurs, la preuve, les deux hommes vont se rencontrer très prochainement, et discuter amicalement, pour voir comment la star d'hier peut aider celle du futur.

Quand tout cela cessera-t-il enfin ? Malheureusement, il y a fort à parier que nous allons entendre ce beau discours tout l'été, que Bill finalement va être contraint lui-aussi d'avaler son chapeau et de jouer les hypocrites à son tour. Car toute personne qui ose désormais dire quelque chose contre le Dieu vivant devient immédiatement une honte absolue, se prend tout de suite une volée de bois vert dans la presse : on n'a plus le droit de dire quoi que ce soit de critique à l'encontre de celui qui va être élu président, c'est obligé, plus rien ni personne ne peut le stopper. Il faut le laisser poursuivre son ascension, mais maintenant, il faut même reconnaître ce qui était encore impensable il y a deux semaines : Obama aura besoin des Clinton pour gagner.

La cote de Hillary comme vice-présidente est donc au plus haut actuellement. Mais nous, sur ce blog aujourd'hui, crions haut et fort : surtout pas !


Hillary ne doit pas tomber dans ce piège. Il ne faut pas qu'elle cède au chantage médiatique et politique. Son parti veut la persuader d'accepter, car les leaders se rendent compte enfin qu'elle n'était pas si mauvaise candidate que ça, et surtout que Obama n'est vraiment pas fiable.
La campagne officielle n'a pas encore commencé, et déjà fleurissent les articles dans la presse sur le côté "flip flop" de Obama, c'est à dire sur sa facilité à changer d'avis toutes les cinq minutes sur à peu près tous les sujets : la peine de mort ; le port d'armes ; l'ALENA ; le financement des campagnes électorales, etc...

Mais disons le tout net : pour Hillary, s'associer avec Obama serait une catastrophe annoncée, un suicide politique, car son nom serait associée à une entreprise qui court droit à la faillite, et il lui serait alors impossible de rebondir en 2012.
Pourtant, la pression est si forte : saura-t-elle résister ?

Commenter cet article