Love Story

Publié le

John McCain,plutôt amorphe ces derniers temps, et impuissant devant le raz-de-marée médiatique accompagnant la tournée mondiale triomphante de son adversaire, a fini par réagir.

Pas question ici de faire une quelconque propagande Républicaine, mais rendons lui hommage cette fois-ci : il a tapé là où ça fait mal, et trouvé le ton juste pour dénoncer ce que nous soulignons depuis des semaines : l'énormité de la propagande médiatique en faveur d'Obama, injuste et intolérable, dont Hillary Clinton a été la première victime, et qui touche actuellement le sénateur de l'Arizona.

Ce dernier vient de se voir refuser la possibilité de répondre à un éditorial signé Obama dans le New York Times : le quotidien a laissé le candidat Démocrate s'exprimer en toute liberté et faire la publicité de son plan de politique étrangère pour l'Irak. Puis, lorsque John McCain a voulu faire de même, dans le souci de répondre point par point à l'argumentaire d'Obama, ce qui semblerait normal si l'on partait du principe que les deux candidats devraient être traités à égalité dans les médias, le quotidien n'a pas souhaité accéder à sa requête.

Lassé sans doute de voir que les grands networks depuis trois jours n'en avaient que pour son rival et ses déambulations afghane, iraquienne, et proche-orientale, le Républicain a frappé un grand coup. Jugez plutôt :




Franchement, nous comprenons l'irritation de John McCain. Tout ce qui est montré ici pourrait s'appliquer aux journalistes français également, qui eux aussi sont tombés fous amoureux depuis quelques mois, et vivent en cet été 2008 une si belle love story... Mais tout le monde sait que les amours de vacances meurent souvent dès la rentrée...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article