Bill Clinton, c'est la classe !

Publié le

Bill Clinton est en Afrique depuis plusieurs jours d'où il vient d'ailleurs de rendre un hommage appuyé à la France pour l'aide que cette dernière apporte à l'Afrique. Il a rencontré Philippe Douste Blazy, et a remercié notre pays pour son soutien financier via l’agence Unitaid (qui finance notamment l’achat de médicaments pour lutter contre le SIDA).
« A mon avis, il est possible d’honorer les directives de l’OMS uniquement grâce à Unitaid et au gouvernement français. (…) Cela pourrait être la plus importante contribution de la France au reste de monde depuis la fin de la Seconde guerre mondiale."
Unitaid est l’un des principaux partenaires de la Fondation Clinton et Paris fournit la « majeure partie de ses financements ». Cette organisation est principalement financée par la taxe sur les billets d’avion mise en place par le président Jacques Chirac en 2006.

Mais fait nouveau : l'ancien président a aussi accepté pour la première fois depuis la fin des primaires de revenir sur la campagne électorale, dans une longue interview accordée à la chaîne américaine ABC.
D'abord réticent à l'idée d'en parler, il a ensuite peu à peu laissé percer ses sentiments, et comme on peut le voir sur cette vidéo, ce n'est pas le grand enthousiaste pour le rival de son épouse victorieux. On a même l'impression qu'il ne souhaite pas du tout la victoire de Obama en novembre, mais cela à dire vrai, on s'en doutait un peu !


Lorsque pour répondre à la question : "Pensez vous qu'Obama soit prêt à devenir président, il répond "Personne n'est jamais prêt à être président", on perçoit nettement le manque de confiance qu'il accorde au sénateur de l'Illinois pour le job. Et puis, comme s'il s'apercevait qu'il a été sans doute un peu dur avec ce dernier,il précise quand même : "Moi mëme, j'ai beaucoup appris pendant ma première année à la Maison-Blanche" !

Bref, comme soutien appuyé, on fait mieux. On est en tout cas sûrs d'une chose ce soir : il ne faut pas que Obama compte sur Bill pendant la campagne officielle de septembre à novembre (si par malheur le Parti Démocrate devait confirmer son choix pendant la convention) pour l'aider à gagner des voix. Et cela est sans doute une grosse perte pour Obama, car malgré toute la campagne de dénigrement dont Bill Clinton a été victime pendant ces primaires (les médias se sont acharnés sur lui, mais là encore, ce n'est pas nouveau, ils l'ont déjà fait pendant les huit années de sa présidence), il reste extrêmement populaire aux Etats-Unis, notamment au niveau de l'électorat qui menace de faire cruellement défaut au candidat démocrate : les femmes et les classes populaires.


Et, à laisser entendre publiquement comme il vient de le faire que selon lui Obama n'a certainement pas l'étoffe d'un président, il va certainement conforter pas mal d'électeurs dans leur opinion déjà faite sur ce débutant en politique. Car même si Bill Clinton était plus jeune en 1992 que lui au moment où il a été élu président, il avait quand même derrière lui plus de dix ans d'expérience de gouverneur, c'est à dire un C.V indiscutable, une véritable expérience exécutive.

Enfin, dans cette interview, Bill Clinton tient à préciser : "Je ne suis pas raciste" !
Franchement, je trouve cela dommage qu'il ait été encore obligé de préciser cela. A part les imbéciles et les idiots, les simples d'esprit, les niais et les personnes de mauvaise foi, qui a pu croire à cette propagande insultante, blessante et insupportable orchestrée par la mafia Obama ?


Faut-il rappeler une fois encore ce que Bill Clinton a fait pour les minorités ; le cabinet "melting pot" dont il s'est entouré pendant des années ? Faut-il rappeler que pendant ses huit ans de présidence, le niveau de vie des Afro-Américains a progressé comme jamais ?


Alors de grâce, fichez un peu la paix à ce formidable homme politique qu'est Bill Clinton, qui en plus, a totalement réussi sa reconversion. Quelle meilleure preuve de sa générosité, de son altruisme, de son extraordinaire humanité que le travail qu'il accomplit dans le cadre de sa Fondation ?
Bill Clinton, raciste ? Mais alors, que faisait-il en Afrique ces jours-ci ?
A-t-on demandé à toutes les familles africaines dont un ou plusieurs membres souffrent du SIDA si elles pensent que Bill Clinton est raciste ? Et à tous les enfants africains qui s'en sortiront grâce à lui ?

Comment la minorité noire américaine a-t-elle pu se laisser aveugler à ce point-là par un inconnu qui jusqu'à présent, comme l'ont dit les jeunes de Floride il y a quelques jours,  n'a vraiment pas fait la preuve que le sort de sa propre communauté le préoccupait le moins du monde ?

Vite, qu'on nous rende Bill Clinton !



 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article