3 h du matin : Obama ne répond pas...

Publié le

French version ; English version below
Les électeurs américains feraient bien de réfléchir à deux fois en novembre quand viendra le jour de l'élection. Ils devraient faire très attention lorsqu'ils choisiront la personne destinée à pénétrer dans le Bureau Ovale et à répondre au téléphone quand celui-ci sonnera à trois heures du matin.

 Ce qui se passe à l'heure actuelle en Géorgie est plutôt inquiétant car la situation menace de dégénérer en crise majeure, mais au moins, on peut remercier le Ciel que cela arrive maintenant, et pas une fois qu'il sera trop tard.
"Grâce au" conflit entre la Géorgie et la Russie,  on a l'occasion de "tester" les candidats à la présidentielle.
Et on peut dire que les résultats de cet examen sont loin d'être encourageants pour le Parti Démocrate, en supposant que le DNC maintienne son choix à Denver.
Il semble en effet de plus en plus évident que Barack Obama n'EST PAS PRET A GOUVERNER !

D'abord, rappelons brièvement l'inconsistance de ses réactions successives face à cette crise :
-Premièrement, il s'est contenté de dire que la Géorgie et la Russie "devaient faire preuve de plus de retenue".
(Est-ce qu'on a le droit vraiment de placer ces deux pays sur un pied d'égalité ? A-t-il réellement compris qui était l'agresseur ?)
- Ensuite, il a souhaité une résolution du Conseil de Sécurité des Nations-Unies qui condamnerait la Russie.
(Le problème est qu'aucun de ses 300 conseillers en politique étrangère ne l'a averti que la Russie était membre de ce Conseil de Sécurité, et donc qu'elle s'opposerait systématiquement à une telle résolution).
- Troisièmement, il s'est fait un peu plus sévère, demandant une implication des Nations Unies plus grande.
- Quatrièmement, l'une de ses conseillers, Susan Rice, a montré sa grande connaissance du dossier et son immense intelligence, lorsqu'elle a déclaré :
"John McCain a prononcé sans réfléchir une déclaration très agressive, belliqueuse. Il se pourrait bien qu'il n'ait fait que rendre la situation encore plus compliquée."
Cela signifie que pour les conseillers de Obama, John McCain dit à Poutine ce qu'il doit faire. C'est lui qui rend la situation compliquée ! Franchement, si Obama devait être élu président, je ne saurais que trop lui conseiller de changer d'experts en politique étrangère ; sinon, le pays pourrait connaître des situations difficiles...

En tout cas, tout le monde se souvient de la grande tournée d'Obama organisée en juillet afin de lui donner une image plus présidentielle, dont le grand moment fut incontestablement le discours de "pré-investiture" de Berlin, rappelant Kennedy...
Et bien, j'ai peur que tous ces efforts n'aient servi à rien. Obama n'a pas appris grand-chose de son voyage...

 Car maintenant, il apparaît encore moins crédible en président qu'avant !
Et plus cruel encore pour lui est la comparaison que l'on peut faire avec John McCain. En ce qui concerne la crise géorgienne, personne ne niera que le candidat Républicain a montré une stature de leader fort. Quand on le voit réagir, quand on l'entend, on ne peut s'empêcher de penser : c'est un Commandant-en-chef en qui on pourrait avoir confiance. Cet homme sera capable de protéger l'Amérique si celle-ci venait à être menacée. Cet homme sera capable de traiter avec les leaders russes si ceux-ci font preuve d'agressivité excessive. Il sera capable d'empêcher une troisième guerre mondiale. Il est fort. Il est déterminé. Il sait de quoi il parle. Et on peut même lui rendre hommage pour la déclaration qu'il a faite au sujet de Poutine. Contrairement à George Bush ou au président français Nicolas Sarkozy (qui assure actuellement la présidence tournante de l'Europe), John McCain ne figure pas parmi les meilleurs amis de Poutine :"Quand j'ai regardé Poutine dans les yeux, je n'ai vu que trois choses : un K, un G et un B."

Quand on écoute Obama au contraire, et quand on le regarde, on est tout simplement épouvantés :


Ici, on voit trois individus différents :
deux sont des leaders évidents, dignes de confiance et pleins d'assurance, des meneurs sur lesquels on peut compter.
L'autre ne semble même pas comprendre ce qu'il lit, ne semble même pas comprendre ce qu'il dit. Il semble totalement perdu, comme si on l'avait obligé à lire des notes préparées par quelqu'un d'autre, sans que lui ne sache vraiment de quoi il est question !
C'est pourquoi, après avoir regardé cette vidéo, je n'ai qu'une seule question :
Est-ce une plaisanterie ? Le Parti Démocrate nous fait-il une blague ?
D'où vient cet homme ? D'une autre planète ?
Comment est-il possible qu'un ignorant pareil soit sur le point d'être désigné officiellement candidat pour la présidentielle par l'un des deux grands partis américains ?
Dans quel monde vit-on ?
Les Américains sont-ils tombés sur la tête ?

Oui, cela doit être extrêmement difficile pour les Démocrates de le reconnaître, mais c'est un fait indéniable : John McCain est de loin le plus convaincant des deux. Il est celui qui saurait gérer une crise internationale majeure,  à trois heures du matin.
Quand il a déclaré : "Les forces militaires russes viennent de franchir une frontière internationalement reconnue pour pénétrer dans le territoire souverain de la Géorgie. (...) L'existence même d'une Géorgie indépendante - et la survie du gouvernement démocratiquement élu sont en jeu.", il a été immédiatement critiqué et qualifié de 'trop radical."
Désormais, le comportement du gouvernement russe, qui refuse de retirer ses troupes, bien qu'il ait signé un accord dans ce sens avec le président français Nicolas Sarkozy il y a quelques jours, prouve que John McCain avait raison : il s'agissait d'une agression pure et simple de la part des Russes.
Obama n'a pas semblé comprendre toute l'importance de l'agression russe, comme on l'a vu quand il a fait partager les responsabilités de la crise également à la Russie et à la Géorgie, comme s'il n'osait pas critiquer le président russe Medvedev (il faut bien se rappeler que Medvedev n'est qu'une marionnette dans les mains de Poutine dans la mesure où c'est lui qui l'a "installé" au pouvoir.)
"Maintenant il est temps que la Géorgie et la Russie fassent preuve de plus de retenue et évitent que le conflit ne dégénère en guerre à grande échelle." "
C'est donc la déclaration de Obama.
Comment peut-on être aussi stupide ?

La réponse est simple : Obama ne travaille pas ! Et désormais, les conséquences de sa paresse deviennent de plus en plus visibles chaque jour...
Au contraire de Obama, cela fait des années que John McCain se préoccupe de questions internationales : il a par exemple contribué à la fondation du Ronald Reagan's International Institute en 1983. De plus, depuis 1999, il n'a de cesse d'exprimer son inquiétude au sujet des velléités d'expansionnisme de la Russie, et pour lui, Vladimir Poutine est un danger depuis le début. Quand la Russie a commencé à frapper la Tchétchénie, McCain a averti du risque d'extension à la Géorgie. Rappelons qu'il s'est rendu plusieurs fois en Géorgie, contrairement à Obama
Tandis que Obama était en vacances à Hawaï, John McCain prenait les choses très au sérieux puisqu'il dépêchait sur place Joe Liebermann et Lindsey Graham : les trois hommes sont membres de la Commission des Forces Armées du Sénat.


La Commission des Forces Armées du Sénat...
Mais Hillary Clinton aussi en est membre !
Pas Obama.
Cela veut dire, comme nous le voyons dans cette vidéo, que le Parti Démocrate a à sa disposition une candidate qui est tellement experte en questions de politique étrangère qu'elle avait prédit des mois avant ce qui se passe actuellement en Géorgie.
"Si nous devions attaquer l'Irak maintenant, seuls ou avec très peu d'alliés, cela crèerait un précédent qui reviendrait nous hanter. Récemment, la Russie a parlé d'une invasion de la Géorgie afin d'attaquer les rebelles tchétchènes."
C'était en 2002, elle expliquait en détails son opposition à des frappes pré-emptives sur l'Irak, et elle citait des conséquences possibles.
Le fait qu'elle ait vu tout ça venir il y a six ans déjà montre sa connaissance remarquable des affaires internationales, et sa grande capacité de jugement : exactement les qualités dont a besoin un président.

Cela n'a rien de surprenant : Hillary Clinton, contrairement à Obama, est une grande travailleuse. Elle a sérieusement étudié ses dossiers au sein de la Commisssion des Forces Armées. Elle n'est pas devenue membre de cette commission simplement parce qu'elle savait qu'elle aurait besoin de cette qualification sur sa carte de visite pour se présenter à l'élection présidentielle. A partir du moment où elle a été nommée, elle a montré un réel intérêt pour ce travail, et elle l'a fait très assidûment, étudiant les dossiers internationaux avec minutie. Jamais au contraire de Obama Hillary Clinton ne s'est engagée de manière superficielle.


Depuis son adolescence, elle s'intéresse à la politique et elle y consacre son temps, son énergie.
Contrairement à Obama, elle est profondément sincère. Elle veut devenir présidente des Etats-Unis parce qu'elle a le sens d'une mission à accomplir.
Bien sûr, elle aussi est ambitieuse, mais au contraire de lui ce n'est pas une ambition égoïste. Elle veut atteindre le sommet, mais pas comme lui, pas pour satisfaire son égo et son orgueil, pas seulement pour se dire : "Je suis la meilleure, et je suis devenue la personne la plus puissante du monde."
L'ambition de Hillary Clinton est une ambition pour son pays, pas pour elle-même.


Et quand il est question de protection de l'Amérique, je préfèrerais faire confiance à une femme qui est consciente des dangers internationaux plutôt qu'à un homme qui apparemment ne sait même pas situer sur une carte la Géorgie, et qui préfère aller faire du bodysurf au moment d'une crise internationale majeure.
Car, au fond, qu'est-ce que Obama connaît au monde ?
Rien !
Qu'a t-il déclaré jusqu'à présent sur les affaires internationales ?
Des platitudes...rien que des platitudes...
Qu'est-ce qu'il connaît à l'Europe ?
Rien !
Et pourtant, n'est-il pas président de la sous-commission des Affaires Européennes au Sénat ?
Cela veut dire que la crise en Géorgie dépend de la juridiction de cette sous-commission, surtout depuis que la Géorgie a exprimé son désir de rejoindre l'OTAN et de jouer un rôle actif au sein de la Commission Européenne.
Cela veut donc dire que Obama ne devrait pas découvrir toute l'affaire aujourd'hui.
En tant que président de cette sous-commission, il aurait dû étudier le problème avant, et avoir conscience des intentions de Moscou avant l'invasion.
Alors pourquoi semble-t-il lire pour la première fois, il y a quelques jours, comme on le voit dans cette vidéo, les noms "Géorgie" et "Ossétie ?
C'est clair, sur ces images, quand il prononce ces deux noms, on voit qu'il le fait pour la première fois de sa vie. ! Il lit ses notes avec difficultés.
Cela signifie qu'il ne s'est jamais intéressé à ce problème.
Cela signifie qu'il préside une sous-commission mais qu'il n'a jamais fait son travail rigoureusement, bien trop préoccupé qu'il était de se lancer en campagne électorale pour la présidence.
Est-ce vraiment le genre d'homme à qui la première puissance mondiale peut faire confiance ?

Tout le monde a compris que le conflit une fois de plus est motivé par la question du pétrole, et que rien n'empêchera la Russie de conquérir des terres strétégiques. Tout le monde, sauf Obama.
Et, de nouveau, les grands médias ne jouent pas leur rôle. Ils ne savent que critiquer McCain, l'accusant d'être un faucon, de vouloir recréer la Guerre Froide.
Et aujourd'hui le comble a été atteint, avec CNN. Ils ont osé !
 Jack Cafferty a posé cette incroyable question :
"John McCain est-il un nouveau George Bush ?
La Russie envahit la Géorgie, et George Bush part en vacances. Il passé un tiers de ses deux mandats dans son ranch. (...) McCain part souvent en week-end. Je pense qu'il est aussi superficiel sur le plan intellectuel que George Bush."
 http://edition.cnn.com/2008/POLITICS/08/18/cafferty.mccain/index.html
Est-ce qu'on lit bien ?
Est-ce bien John Mccain que l'on accuse d'être un autre George Bush ?
Est-ce bien John McCain qu'on accuse d'être superficiel sur le plan intellectuel ?
Mais qui est parti en vacances à Hawaï pendant la crise ? John McCain ?
Qui est celui qui n'a dit que des platitudes sur la question ?
Etait-ce McCain ?

CNN est devenue une caricature des grands médias. Incapable de reconnaître l'incompétence et la pauvreté intellectuelle, l'amateurisme, la paresse de Obama. Ne sachant que blâmer John McCain, simplement pour tenter de dissimuler la vérité. Simplement pour influencer les électeurs...
Mais CNN pense-t-elle vraiment que les électeurs sont si bêtes ?
Est-ce que tout cela a un sens ?
Les médias sont-ils en train d'encourager les électeurs à voter pour un homme qui est l'ignorance personnifiée et qui va faire tomber son pays entre les mains d'agresseurs étrangers, entre les mains d'ennemis ?

En fin de compte, la crise en Géorgie aura été un test majeur pour les candidats à  la fonction de Commandant-en-chef.
Et le problème, c'est que Obama l'a raté, et que c'est un échec retentissant...

 

Commenter cet article