Affaires immobilières...

Publié le

"Tel est pris qui croyait prendre" !

Le camp Obama a essayé de se moquer de John McCain parce que ce dernier a dit qu'il ne savait pas exactement combien de maisons il possède.
Ils ont essayé de le dépeindre comme un homme "déconnecté des réalités", trop riche pour comprendre le genre de difficultés auxquelles les Américains sont confrontés.
Le problème, c'est que l'équipe McCain a immédiatement répliqué, et la réponse qu'ils ont donnée pourrait s'avérer plutôt embarassante pour le candidat Démocrate présumé dans les prochains jours...

Brian Rogers, porte-parole du candidat Républicain a déclaré : "Nous sommes ravis d'engager un débat avec Barack Obama sur les questions immobilières. La presse devrait s'intéresser d'un peu plus près à la maison de Obama. Il s'agit d'une demeure qu'il a acquis grâce à une transaction douteuse avec un délinquant qui a été condamné."

Bien sûr, tout le monde comprendra la référence au "délinquant". C'est une claire allusion à Tony Rezko, l'homme d'affaires de Chicago et ami de Obama, qui a été condamné pour escroquerie et corruption cette année.
Brian Rogers a averti le camp Obama : les Républicains vont vraisemblablement accentuer leur efforts dans un proche avenir pour rappeler aux Américains les liens entre Obama et Rezko.
"C'est la réponse du berger à la bergère. Vous allez voir qu'on va en parler davantage maintenant que ce problème a été abordé. Attendez-vous à ce que nous parlions davantage de Rezko."

Ce qui est drôle au sujet de Obama, c'est qu'il ne peut jamais vraiment attaquer son adversaire sur aucun sujet, parce que chaque fois qu'il le fait, il devient la cible d'attaques similaires à son tour, et il se fait prendre à son propre piège. Il ne peut jamais critiquer McCain sans craindre les conséquences, car les Républicains ont plein de choses à lui renvoyer en retour ! 
C'est sûr, cela va être une campagne électorale facile pour eux. Ils doivent remercier le ciel que le Parti Démocrate ait fait un choix aussi grotesque ! 

Pour tous ceux qui ne se souviendraient pas de l'affaire Rezko, les Républicains mettent à leur disposition désormais une étude détaillée de toute l'histoire. Il faut reconnaître que le Republican National Committee sait répliquer en cas d'urgence. Quelques heures seulement après avoir promis de reparler de l'affaire Rezko, ils ont ouvert un site Internet qui s'intéresse aux transactions que Obama a faites avec Rezko, l'homme d'affaires de Chicago condamné par la justice.
.
http://www.gop.com/ObamaRezkoShadyDeal/

Si l'on essaie de se remémorer les faits, on peut tout de suite reconnaître que les Républicains vont trouver matière à écrire (l'histoire Rezko est assez compliquée), en commençant par la réelle nature des liens qui l'unissent à Obama, et la question peu claire de l'achat fait par le couple Obama de leur maison en 2005.
Essayons de simplifier un peu :
En fait, quand Obama a acheté sa maison en Juin 2005, lui et sa femme ont payé 1,65 millions de dollars, ce qui est une coquette some, mais ce qui est un prix sous-évalué.

Obama l'a achetée le jour même où la femme de Rezko a acheté un lot adjacent vendu par les mêmes personnes. La transaction immobilière a eu lieu alors que Rezko était déjà l'objet d'une enquête, mais cela n'a pas dissuadé Obama. En janvier 2006, Obama a acheté un-sixième d'un lot adjacent appartenant à la femme de Rezko, Rita, et lui a versé exactement un-sixième de la somme qu'elle avait payée pour la propriété.

Rezko et Obama se sont rencontrés en 1990, alors que Obama était étudiant à la faculté de droit de Harvard. Il s'était vu proposer un emploi par Rezko, qui était promoteur immobilier de logements à bas-prix à Chicago, à l'époque. E
n 1995, Obama a commencé sa campagne pour le Sénat de l'Illinois, et Rezko a été un de ses contributeurs : deux de ses entreprises ont versé un total de 2000 dollars. En échange, on dit que Obama lui a accordé certaines faveurs politiques, grâce à son statut de sénateur d'état, y compris qu'il serait allé jusqu'à écrire des lettres de recommandation pour lui et ses entreprises.

Quand Obama a été élu en 1996, il représentait un district qui comprenait 11 des 30 projets immobiliers de logements à bas prix de Rezko. Ce dernier a par la suite levé des fonds pour la campagne de Obama au Sénat des EU.
Pendant les primaires, Hillary Clinton n'a pas hésité à attaquer Obama, comme on le voit sur cette vidéo  :
"Nous n'avons toujours aucune réponse sur les relations entre le sénateur Obama et M. Rezko."
(c'est une déclaration qu'elle fit à Politico le 11 février 2008)


Plus tard, en juin, un jury fédéral a condamné Rezko, le jugeant coupable de seize chefs d'accusation de corruption.
Nul doute que les Républicains vont être plus durs dans leurs attaques : Ils ont déjà mis en doute la capacité de jugement de Obama après le verdict : "Le verdict d'aujourd'hui nous fait nous poser de sérieuses questions sur Obama : il semble que son jugement ne soit pas à la hauteur d'un candidat à la présidence."

Dans les jours qui viennent, Obama pourrait être amené à regretter s'être moqué des maisons de John McCain !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article