Thriller politique à Denver

Publié le

Tout a commencé il y a des mois, comme n'importe quelle autre campagne pour les primaires précédentes.
Bien entendu, il y eut des intrigues, des rivalités, des querelles, des débats, des tensions, mais rien d'inhabituel en somme. Il y avait une dizaine de candidats, et chacun comme il se doit s'efforçait de remporter la mise.


Puis, peu à  peu, au fur et à mesure que le temps passait, les candidats furent éliminés l'un après l'autre, comme dans le roman de Agatha Christie Les Dix Petits Nègres.


Et puis il en resta trois...
Et puis ils ne furent plus que deux...
La question était : lequel restera en dernier ?


Puis, vint le mois de juin et la fin du vote des primaires. Aucun des deux n'avait gagné. Leur score était à peu près identique.
Normalement, la course aurait dû continuer.
Mais soudain, comme dans le roman de Agatha Christie, surgit un personnage inattendu : c'était Howard Dean, président du DNC. Il décida de se débarasser de l'un des candidats.
C'est la femme qui fut obligée de céder, comme d'habitude.
Elle sembla obéir...

Puis vint l'été, et les gens qui avaient beaucoup de respect et d'admiration pour cette femme décidèrent de se battre pour sa cause.
Mais leur combat ne fut pas du goût de l'Elu et des tout-puissants qui l'avaient choisi.
Alors ils se résolurent à recourir au chantage et à l'intimidation.
On rapporta aussi des menaces de mort.
Un homme originaire de l'Arkansas, Bill Gwatney, qui avait promis de soutenir la femme à n'importe quel prix fut assassiné. On dit qu'il avait été tué par un fou, mais en fait, personne ne savait vraiment puisque son assassin fut à son tour abattu par la police.


L'autre adversaire de l'Elu reçut à son tour des menaces de mort contenant de la poudre blanche. Deux de ses Q.G de campagne durent être évacués.
Pendant ce temps les supporters de la femme se préparaient à une lutte de quatre jours dans le Colorado.
Pendant ce temps, tout le monde attendait vainement l'annonce d'un colistier qui ne pouvait pas être la femme, puisqu'on nous rapporta que l'Elu n'avait envisagé une seconde de lui proposer d'être sur son ticket.

Partout régnait la confusion.
L'agitation, les troubles, la peur, l'intimidation, les menaces, le meurtre : l'atmosphère semblait surréaliste.
Comme dans un thriller politique...

Le seul problème est que ce n'était pas le scénario d'un film policier ou d'une série à suspense.
C'était la vérité, la vérité vraie...

Commenter cet article

Frédéric 23/08/2008 16:43

Vous n'y allez pas un peu fort en sous entendant un complot pour la mort du chef de parti de l'Arkansas ???