N'éliminez jamais trop vite un Clinton !

Publié le

French version ; English version below
"Ma vie politique a toujours été une grande source de joie. J'ai beaucoup aimé faire campagne et j'ai aussi aimé gouverner. J'ai toujours essayé de faire avancer les choses dans la bonne direction, de donner au plus grand nombre une chance de vivre leurs rêves, de redonner espoir aux gens et de les rapprocher les uns des autres." (Bill Clinton, My Life)

"Mon mari m'a prise dans ses bras, m'emportant sur un pas de valse dans l'immense couloir.
Puis j'ai dit adieu à la maison où j'avais vécu huit ans de mon histoire et franchi la porte en songeant au lendemain."
(Hillary Clinton, Living History)



Même si la Convention démocrate se termine par le couronnement du Roi Obama, nous aimerions rappeler à nos lecteurs que la course à la Maison Blanche est loin d'être terminée pour Hillary Clinton. Après la Convention, il lui restera deux possibilités pour entrer dans le bureau ovale :
- la moins probable : Obama devient le candidat officiel du parti jeudi, mais on fait la preuve de son inéligibilité avant l'élection de novembre. Si un tel rebondissement devait avoir lieu, le DNC serait libre de choisir un nouveau candidat selon la procédure qu'il voudrait. Il pourrait alors décider de choisir celle qui a gagné les primaires en nombre de voix exprimées : Hillary Clinton.
- la plus probable : Obama devient le candidat officiel jeudi, et personne n'ose l'empêcher de se présenter contre John McCain. Son nom est bien celui qui figure officiellement sur les bulletins de vote en novembre, mais bien entendu, il perd l'élection.
Alors que se passe-t-il ?
Hillary devient automatiquement le nouveau leader du parti et Obama rentre chez lui dans l'Illinois.

En tout cas, quoi qu'il advienne, rappelons-nous l'adage : "N'éliminez jamais trop vite un Clinton."


Au cours de ces dernières semaines, beaucoup de gens ont déclaré que c'en était terminé de l'époque Clinton. Et bien je n'ai qu'un conseil à leur donner en m'adresant à eux : "Tournez votre langue sept fois dans votre bouche avant de parler !"

Les Clinton ont été éliminés tant de fois de la scène politique.
Chaque fois, ils ont été le "come back kid" et la "come back girl".
D'abord, en 1988, Bill Clinton a dû renoncer à se présenter à la présidence au dernier moment, en raison d'une affaire d'adultère. Les Démocrates déjà échaudés par le scandale Gary Hart ne pouvaient se permettre de prendre un nouveau risque. Alors, il a décidé de ne pas se présenter, et beaucoup d'observateurs ont alors prédi que c'en était terminé de ses chances présidentielles dans le futur en raison de son comportement privé.
Et puis, bien sûr, en 1992, quand il est devenu le "come back kid".
Il perdit les primaires de l'Iowa et du New Hampshire et tout le monde dit que c'était fini. Mais il ne se retira pas de la course, et il réussit à arracher la nomination en juin. Et il devint président des Etats-Unis en novembre.

Après, il y eut 1994 : après deux ans d'un premier mandat chaotique, les Dméocrates perdirent les élections législatives de mi-mandat, et on attribua une partie de la responsabilité à Hillary et à l'échec de sa réforme d'assurance maladie.


Les Républicains gagnèrent la majorité à la Chambre des Représentants, et tout le monde pensa que Bill Clinton allait inévitablement perdre l'élection de 1996.

Mais il réussit très bien sa cohabitation avec les Républicains : eux devinrent de moins en moins populaires, tandis que sa cote à lui grimpait en flèche ! Et il fut réélu. Malgré les scandales et les affaires que les médias n'arrêtaient pas de balancer, et notamment Whitewater. Les Américains continuaient de lui faire confiance, d'autant plus que l'économie de leur pays se portait bien, et qu'après  tout, ils s'en fichaient de connaître les détails de sa vie privée.


Et puis, bien sûr, vint le plus grand scandale de tous : le Monicagate. Cette fois-ci c'était certain c'en était fini des Clinton. Hillary et Bill allaient être enfin chassés de la Maison-Blanche ! Les médias et les Républicains se réjouissaient à l'avance ! Chaque jour, la "honte"faisait la une des journaux : "c'est vraiment terrible ! Comment un président a-t-il pu manquer de respect de la sorte envers sa fonction, envers son peuple ?"


Mais là encore, les Américains le sauvèrent. Il était encore très populaire, et les Sénateurs se rendirent compte qu'ils ne pouvaient simplement pas le destituer pour un si petit délit.
Alors il put terminer son mandat, et Hillary fut capable de commencer sa propre carrière politique...

Ce qi est drôle d'ailleurs, c'est que sa campagne des primaires semble faire écho à la carrière politique de son époux : des hauts et des bas, et à chaque fois le même refrain : "c'est fini".
Après l'Iowa, il y a eu le New Hampshire. La "come back girl."
Puis, elle perdit une série de primaires, et tout le monde lui dit de laisser tomber.
Mais vint alors la Pennsylvanie.

 
Par la suite, elle perdit encore, et les gens dirent que sa candidature ne faisait que diviser le parti.
Mais vint à ce moment là l'Ohio et le Texas. Vous vous rappelez sans doute : "Honte à vous Barack Obama ! Rendez-vous en Ohio !"


Et finalement, elle se débrouilla bien pendant les dernières primaires.
Même le dernier jour, elle remporta une très belle victoire dans le Dakota du Sud.
Et pourtant, elle fut forcée de se retirer. Elle dut obéir aux leaders de son parti "nonDémocrate".
Alors, tout le monde répéta que c'était fini.
Mais des millions de gens décidèrent que ça n'était pas. Cette fois ce n'était pas elle qui avait son destin en mains.
Des millions de gens. Une coalition décidée à se faire entendre pour elle, vola à son secours, et mena une bataille pendant plus de deux mois.
Et finalement, son nom fut soumis à la nomination.

 
Alors, tout n'est peut-être pas fini.
Mais c'est une autre histoire..
Car le prochain épisode reste à écrire.

"Ici, on ne parle pas le langage du silence." (Hillary Clinton, Living History)



"Je crois toujours à un endroit appelé "Hope".
(Bill Clinton à la Convention Démocrate, le 16 juillet 1996)

Commenter cet article