Sarah Palin : A Star is Born !

Publié le

French version ; English version below
Le Parti Républicain a trouvé sa nouvelle héroïne.


Après avoir regardé Sarah Palin prononcer son discours d'acceptation à la Convention Républicaine, on ne peut s'empêcher de penser : "Quelle femme !"

Sarah Palin est depuis une semaine l'objet d'attaques féroces et sexistes. Sa famille a été au centre de ces attaques, en particulier l'une de ses filles.
N'importe qui à sa place aurait été déstabilisée et blessée par des commentaires aussi haineux de la part des médias, le même genre d'insanités qui visaient Hillary Clinton pendant la campagne présidentielle de 1992 et les deux mandats de son époux.

N'importe qui, sauf Hillary Clinton et Sarah Palin.
Il est évident qu'hier soir, cette jeune femme, nouvelle venue en politique a fait preuve de punch, d'énergie, d'enthousiasme et de grande habileté politique, dont pourraient s'inspirer de nombreux hommes politiques soi-disant expérimentés.
 



Pas de doute : elle est un excellent choix !
Si John McCain avait des doutes suite à cette affaire stupide, totalement fomentée par les médias au sujet de sa fille enceinte, il a dû se sentir rassuré hier soir : non seulement elle ne va pas l'affaiblir, mais elle va apporter à sa campagne un peu trop traditionnelle, voire parfois ennuyeuse, une dose de jeunesse, de fraîcheur et de dynamisme dont elle semblait manquer.

Sarah Palin a dit beaucoup de choses intéressantes la nuit dernière, que nous aurons l'occasion d'analyser de plus près dans les prochains jours, mais il ne fait pas de doute que l'un des moments clés de son intervention fut son attaque inspirée contre Barack Obama. Elle a exprimé tout haut ce que beaucoup de Démocrates eux-mêmes pensent tout bas, notamment ceux qui ont voté par Hillary Clinton pendant les primaires :

Comme le Los Angeles Times le rapporte aujourd'hui :
"L'arrivée de Madame Palin a électrifié une convention qui s'auto-détruisait en se centrant sur la question de savoir si elle est à la hauteur de la fonction, dès qu’elle a commencé à lancer des attaques percutantes contre la prétendue expérience de Obama.

« Avant de devenir gouverneure du grand Etat de l’Alaska, j’ai été maire de la ville dans laquelle je suis née » a-t-elle dit aux délégués dans un discours qui visait à décrédibiliser Obama, alors que les délégués brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « J’adore les hockey moms » » "Et depuis que nos adversaires dans cette élection présidentielle semblent mépriser ce genre d’expérience, laissez moi leur expliquer ce en quoi ce travail consiste. Je pense qu’un maire d’une petite ville est une sorte de « community organiser », la seule différence est qu’il a des responsabilités réelles."

Alors que la foule l’acclamait pour montrer son approbation, Madame Palin continua :

« Je pourrais ajouter que dans les petites villes on ne sait pas vraiment que faire d’un candidat qui n’arrête pas de faire l’éloge des ouvriers quand il les a devant lui, puis qui ensuite parle d’eux par derrière, en les qualifiant de pleins d’amertume et s’accrochant désespérément à leur religion et à leur fusil ."

Madame Palin faisait référence à l’expérience de Monsieur Obama quand il était à Chicago, avant de devenir sénateur de l’Etat d’Illinois puis sénateur des Etats-Unis en 2004, ainsi qu’aux commentaires qu’il a fait au sujet des électeurs ruraux qui seraient “amères et qui “s’accrocheraient en désespoir de cause à leurs fusils et à leur religion.”

En fait, comme CNN l’écrit aujourd’hui, Sarah Palin en est très vite venue à l’essentiel, s’en prenant vertement à  Obama comme un candidat aux deux visages, inexpérimenté, et qui se laisse bercer au son de sa propre voix.

« C’est un homme qui peut faire tout un discours sur les guerres que mène l’Amérique, et ne jamais utiliser le mot « victoire » excepté quand il parle de sa propre campagne. »

Elle s'en est aussi violemment pris à lui "parce qu'il dit une chose à Scranton, et une autre à San Francisco". Elle a rappelé qu'il avait rédigé deux autobiographies mais pas un seul projet de loi majeur, et elle s'est demandée ce qu'il allait faire, une fois que ses "colonnes grecques auraient réintégré le studio d'où elles venaient", faisant bien sûr allusion au décor qu'avait choisi Obama pour prononcer son discours d'acceptation la semaine dernière.

La réaction du public a alors été extraordinaire : elle a littéralement électrisé son auditoire !
C'était un peu comme si pour la première fois les gens réalisaient que les femmes peuvent être un grand atout pour leur Parti !


Pour conclure, nous n'avons donc qu'un mot à dire :
"Bravo, Madame Palin !"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anargyre 05/09/2008 07:57

Merci pour votre travail d'une très grande qualité, je vais pouvoir suivre la suite de la campagne sur votre site, vous faîtes preuve d'un esprit d'analyse que les journalistes de "pensée unique" radio, tv, papier, web n'ont pas.
Alors un grand merci encore.