Obama : un lapsus freudien ?

Publié le par french puma

French version ; English version below
A la  mi-juillet, un sondage réalisé par Newsweek révélait que 26 % des Américains interrogés pensaient que Obama est musulman. Comme on le voit sur cette vidéo, tournée au moment de la primaire de Virginie de l'Ouest, les électrices de Hillary Clinton interrogées déclarent ne jamais pouvoir voter pour lui, même si on leur affirme qu'il n'est pas musulman. Cela montre que cette éventualité pourrait poser un sérieux problème à Obama en novembre dans les swing states, c'est à dire les Etats susceptibles de basculer d'un côté ou de l'autre. 




Cela pourrait expliquer pourquoi le camp Obama est si embarassé aujourd'hui, au lendemain de l'interview accordée par le candidat Démocrate dans laquelle il a enfin reconnu sans le vouloir sa véritable religion.

La blogosphère est encore en train de s'interroger sur la signification à donner à la référence faite par Obama à "sa foi musulmane" au cours de cette interview réalisée sur ABC par George Stephanopoulos il y a trois jours.

Beaucoup interprètent cette phrase comme un lapsus révélateur, une sorte de lapsus freudien qui prouve que Obama a toujours été musulman, mais qu'il a tout fait pour le cacher afin d'avoir une chance d'être élu président des Etats-Unis, persuadé que l'Amérique n'était pas prête à élire un Commandant-en-Chef qui ne serait pas chrétien.


Alors, il nous faut examiner la réalité des faits et voir si oui ou  non il est raisonnable d'affirmer qu'effectivement Obama est un musulman caché.

On commencera par rappeler que lui, depuis le début de sa campagne, a toujours affirmé sa foi chrétienne, mais nous allons nous apercevoir que ces affirmations sont en fait contredites par une foule de faits avérés plus que troublants.

Rappelons d’abord que son père légitime, Barack Hussein Obama senior était musulman et il l’a appelé Barack Hussein Jr : seuls les enfants musulmans sont prénommés Hussein.


La famille indonésienne de Obama était pratiquante, contrairement à ce qui lui-même a affirmé plusieurs fois et à ce que prétend son site "Combattre la rumeur". Plusieurs journalistes se sont rendus sur place pour enquêter et ont rapporté que tous les témoignages des gens qui ont connu les Soetoro racontent qu'ils pratiquaient l'Islam : le beau-père de Obama se rendant le vendredi à la mosquée, et le jeune Barry l'accompagnant parfois.

La demi-soeur de Obama elle-même dans une interview au New-York Times déclare n'avoir à cette époque que fréquenter des musulmans. Pourquoi alors Obama ne veut-il pas en parler ?
Nicholas Kristof, qui l'a interviewé pour le New York Times du 6 mars 2007 (Obama : Man of the World) raconte que ce dernier lui a récité par coeur avec un accent impeccable l'appel à la prière en arabe. Il a donc à un moment ou à un autre lu et appris le Coran.
Comme nous l'avons déjà raconté, il a été inscrit à l'école primaire en Indonésie sous la mention : "religion : Islam".


Il n'y donc pas de doute permis : Obama a été élevé dans la culture et la foi musulmanes.

Une grande partie de sa famille est d'ailleurs encore musulmane : mais où est le problème ?  Pourquoi le nier ?


Peut-être que lui, comme il l'a toujours prétendu, s'est effectivement converti par la suite : mais, s'il n'y avait pas quelque chose de trouble, pourquoi ne dirait-il pas tout cela franchement ? En quoi cela est inavouable d'avoir été un petit Musulman ?

D'autre part, son pasteur pendant de nombreuses années et ami intime, Jeremiah Wright, est lui-même un ancien musulman soi-disant converti.


En outre, Obama a déclaré il y a quelques temps : “L’Amérique n’est plus chrétienne”, déclaration qui n’a pas été beaucoup reprise, mais qui est quand même surprenante dans un pays où 80 % des gens se déclarent eux-mêmes chrétiens, et 1 % seulement Juif et 1 % Musulman. Il est curieux qu’un Chrétien déclare une chose pareille : on a plutôt l’impression qu’en disant cela, Obama se place de facto dans le camp des non-Chrétiens.



On ne peut s'empêcher de le soupçonner, puisque c'est lui qui fait de la dissimulation. Alors, on imagine qu'il ne s'est jamais vraiment converti, et qu'il n'ose pas avouer qu'il n'est pas Chrétien.
Et cela augmente cette impression de malaise persistante.

Le lapsus semble donc être tout à fait freudien, et il arrive à  point nommé pour donner aux électeurs des doutes sur l'honnêteté d'un candidat qui a déjà tellement menti...


 

 

 

Commenter cet article