Les féministes ont tout faux !

Publié le par french puma

French version ; English version below

L’une des plus célèbres organisations féministes, NOW (National Organization of Women) vient de se déclarer en faveur de Barack Obama dans la course présidentielle.

Nous trouvons cela particulièrement honteux.


Dès le début de la campagne des primaires, NOW s’était déclarée en faveur de la candidature de Hillary Clinton. Ainsi, au mois de juin, lorsque le Parti Démocrate a décidé de nommer Obama , et pas elle, alors qu’elle avait pourtant remporté la majorité du vote populaire, NOW a été très déçue, à l’image d’une majorité d’Américaines.


C’est la raison pour laquelle nous ne comprenons absolument pas aujourd’hui pourquoi cette vénérable organisation refuse d’apporter son soutien à la seule femme encore en lice dans cette course présidentielle, et qui plus est, a de grandes chances de devenir la première vice-présidente de l’histoire des Etats-Unis : Sarah Palin.

Les féministes se trouvent, on veut bien le comprendre, face à un cruel dilemme : cette candidate, qui devrait pourtant les réjouir, puisqu’elle fait la preuve qu’une femme peut parvenir à ce niveau, est une conservatrice, qui s’oppose à l’avortement, et qui sur certains sujets a pu manifester des positions contraires à ce que prônent les féministes américaines.


Voici un extrait d’un article du Boston Globe qui s’interroge sur le “féminisme de Sarah Palin” :

« Palin est-elle une “héroïne féministe”, elle qui a l’image d’une femme dure et qui a été comparée à des combattantes telles que Jeanne d’Arc et Xena, princesse guerrière ?


Pour certaines féministes, la réponse est clairement non. La romancière Jane Smiley l’a qualifiée de "femme qui renforce le pouvoir patriarcal, au lieu de le remettre en question."

Mais cette critique est injuste. Palin n’est pas du tout réputée pour avoir attaqué le mouvement féministe : au contraire, elle lui reconnaît les mérites d’avoir fait tomber certaines barrières et de lui avoir permis d’arriver là où elle est aujourd’hui. D’autre part, même si elle est opposée à l’avortement, elle appartient à un groupe qui s’appelle “Les Féministes pour la Vie.”


Mais je pense aussi que sa candidature est un grand moment pour les femmes américaines.  

En effet, cette candidature pourrait bien être un moment clé dans le monde politique conservateur. La droite a longtemps fait preuve d’un double langage au sujet des femmes qui travaillent. Un certain nombre d’hommes politiques conservateurs et de commentateurs ont volontiers réprimandé les femmes qui poursuivent une carrière alors qu’elles ont des enfants, les qualifiant d’égoïstes et d’ambitieuses . Désormais, avec Sarah Palin, une femme de pouvoir est devenue une héroïne conservatrice, et maintenant, on ne sera plus obligée d’être mère au foyer pour être en accord avec les fameuses « valeurs familiales » chères à ce courant de pensée . Ce ne sera plus honteux de travailler tout en élevant ses enfants. »


Peut-être qu’il y a un peu d’hypocrisie dans tout ça, quand les conservateurs célèbrent avec tant d’enthousiasme la candidature de Sarah Palin. Mais pourquoi ne pas croire que le Parti Républicain est sincère, après tout ? Ce serait une bonne nouvelle pour les femmes américaines.


Alors, chères féministes, s’il vous plaît, oubliez un peu Obama : il n’est pas votre ami. On vient d’apprendre qu’il rémunérait les membres féminins de son équipe moins bien que les hommes pour le même travail. Est-ce le genre de président dont vous avez besoin, vraiment ?

Il est donc peut-être temps de cesser de faire de la politique politicienne, et de se réjouir : le Grand Old Party (c'est le nom du Parti Républicain) va donner plus d’importance aux femmes et aux questions qui les concernent !

Ce parti est peut-être finalement en train d’accomplir sa “révolution culturelle », et c’est tant mieux !

En tout cas, quel que soit l’issue de cette élection en novembre, cette année 2008 restera une année mémorable, grâce à Hillary et à Sarah : une autre "Year of the Woman" (Année de la Femme »), comme le fut 1992, quand Bill Clinton fut élu président, et que de très nombreuses femmes furent élues au Congrès.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article