Bill et John : Une vraie amitié

Publié le par french puma

L'ancien président Bill Clinton a ouvert son grand rassemblement annuel "La Clinton Global Initiative". Ce sommet, rappelons-le, réunit chaque année des dirigeants du monde entier et a pour but d'améliorer le sort des plus démunis de la planète et de s'intéresser aux problèmes climatiques.
Ce matin, Bill Clinton a introduit sur scène John McCain, qui était chargé du discours d'ouverture.

J'ai bien dit "John McCain", et non "Barack Obama"...

Bill Clinton a accueilli très chaleureusement l'adversaire de celui qu'il est censé soutenir.

John McCain avait annulé une apparition à la télévision, et une rencontre avec le premier ministre indien Mais il a malgré tout tenu à honorer sa promesse de venir parler au sommet organisé par Bill Clinton. De plus, il était accompagné de son épouse Cindy, et de sa colistière, Sarah Palin. 

Il semble donc que Bill Clinton ne tente même plus maintenant de cacher ses vrais sentiments : c'est bien John McCain son candidat préféré, même si officiellement il dit soutenir Obama. Quand il a présenté John McCain aujourd'hui, il l'a fait avec effusion, en affirmant qu'il était "personnellement très honoré" et "profondément reconnaissant" à John McCain d'être venu. Ensuite, il a fait allusion brièvement à Obama, mais de manière très froide, se contentant de préciser que ce dernier interviendrait par satellite un peu plus tard dans la journée.  

L'ancien président a aussi remercié Sarah Palin et Cindy McCain d'être venues, et particulièrement Cindy pour son travail humanitaire au Rwanda.

McCain a retourné le compliment, puisqu'il a rendu hommage à "l'énergie, la détermination de cet homme, et sa compassion à l'égard de ceux qui sont dans le besoin. Bill Clinton est un atout pour le monde entier, et je suis fier d'être son ami."

Plus tard, dans une émission diffusée sur ABC, Bill Clinton a continué d'avoir des mots aimables pour John McCain, affirmant qu'il comprenait très bien sa requête de reporter le débat. Bill Clinton l'a même défendu, en disant que McCain l'avait fait "de bonne foi", et il a encouragé les organisateurs du débat à réserver un moment auw questions économiques, si toutefois le débat était maintenu.

A tous ceux qui dans son propre camp ont accusé McCain de basses manoeuvres politiciennes, Bill Clinton a répondu très calmement et avec bon sens, rappelant que McCain avait été le premier à demancer plus de débats et que Obama avait refusé. Donc, selon Bill Clinton personne ne peut accusser McCain d'avoir peur.
Il aurait pu ajouter que c'est plutôt Obama qui devrait être inuqiet, vu les piètres performances qu'il a réalisées jusque-là dans les débats !


Dans une émission diffusée sur ABC ce jeudi, Bill Clinton a dit à Chris Cuomo que la décision de John McCain de repousser le débat serait une très bonne chose sur le plan politique, si les deux candidats parvenaient à se mettre d'accord.
"On sait très bien que John McCain n'a pas demandé cela parce qu'il a peur, car lui-même il a toujours demandé à ce qu'il y ait plus de débats," et Bill Clinton a ajouté qu'il était encourageant que les deux candidats se soient mis d'accord sur le principe d'une déclaration commune.

"On peut très bien le repousser de quelques jours," a encore dit Clinton en parlant du débat. "Mais c'est vrai qu'après c'est difficile de tout réorganiser. Mais je suppose que John McCain l'a fait de bonne foi, puisqu'il avait demandé à ce que d'autres débats aient lieu à travers le pays tout entier."

En tout cas, si le débat a bien lieu vendredi soir comme prévu, Clinton suggère que les deux candidats "aient la possibilité de parler de ces questions, car c'est aussi une question de sécurité."

L'ancien président a par ailleurs affirmé que le discours de mercredi soir du président
Bush sur la crise financière  était une bonne chose.

"Je pense que c'était la déclaration très claire qui nous a bien montré pourquoi on en est arrivés là et la raison pour laquelle une action nationale est nécessaire."

Pour Bill Clinton, les Démocrates et les Républicains "devraient aller aussi vite que possible" sur le plan que propose le président. Pourtant, il estime qu'il est normal  que chaque parti veuille "savoir exactement comment ces 700 milliards de dollars allaient être investis pour stabiliser le système."


Alors donc, une fois de plus, Bill Clinton ne peut s'empêcher de prendre ses distances avec le candidat que son propre parti a imposé aux dépens de son épouse.

Et contrairement à elle, Bill Clinton n'est pas du tout disposé à rentrer dans le rang...
Contrairement à elle, lui, il ose dire ce qu'il pense tout haut...
Et il est toujours très réconfortant de voir qu'il est le seul à résister, contrairement à Hillary, qui, elle, a cédé à la pression des intérêts supérieurs.

Car bien sûr, Hillary ne dira jamais la vérité : elle n'admettra jamais que son candidat préféré à elle aussi, c'est John McCain !



Finalement, the camp Republicain doit être content de voir un allié aussi puissant de leur côté...
Le dernier Président Démocrate qui fait campagne pour l'autre camp... 
Qui aurait cru que l'homme qui a failli être destitué par les Républicains en raison de la "vaste conspiration de droite", roulerait pour eux aujourd'hui ?

Commenter cet article