Hillary : "Je ressens votre douleur"

Publié le par french puma

French version ; English version below
"C'est toujours l'économie, stupid !"

Mais c'est encore plus clair après le discours prononcé par Hillary Clinton lors d'un meeting pour Obama, qui a eu lieu samedi soir, au lycée Carman-Ainsworth dans le Michigan.

 

Senator Hillary Clinton mobilise les troupes au lycée Carman-Ainsworth samedi soir. Hillary Clinton, dans un discours essentiellement consacré à l'économie, a déclaré que le Michigan, en raison de sa situation particulièrement difficile sur le plan économique, avait tout à attendre de cettte élection présidentielle.



Ce slogan, "It's the economy stupid", inventé par James Carville pendant la campagne de 1992 a propulsé Bill Clinton vers une victoire inattendue cette année-là. Il n'a pas fait l'objet d'une réhabilitation officielle lors de cette campagne de 2008, mais l'économie est à n'en point douter de nouveau la question numéro un pour les Démocrates, si l'on en juge par le discours que la sénatrice a prononcé samedi.

Hillary Clinton faisait donc campagne pour Barack Obama dans le Michigan avant-hier, et plutôt que de critiquer John McCain en particulier, ou Sarah Palin, elle a englobé les Républicains en général dans ses accusations, en leur attribuant une grande responsabilité dans la crise financière actuelle. Sen. Hillary Clinton a aussi prononcé un discours samedi après-midi au lycée Grand Rapids Central.



Poliment, sans plus, elle a affirmé qu'elle croyait que Barack Obama "se battrait pour des politiques qui aideront nos familles ; alors qu'il n'y a aucune raison de penser que le sénateur McCain le ferait." "Quand vous observez les politiques fiscales des Républicains, leur politique économique on s'aperçoit qu'elles favorisent quelques privilégiés, et non la majorité des Américains." leur a -t-elle reproché.



Pourtant, on n'a noté aucun enthousiasme débordant en direction de son ancien rival. Elle a plutôt donné l'impression de faire son travail, sans plus. En réalité, elle s'en est tenue à son message économique rien de plus. Il faut dire que dans un Etat frappé de plein fouet par la crise des crédits immobiliers et par les difficultés de l'industrie automobile, le message a été reçu cinq sur cinq. Cela fait des mois que le Michigan est empêtré dans la crise. Ses habitants sont donc spécialement réceptifs à ce genre de discours.

Elle a aussi exprimé une fois de plus ses doutes sur le plan de sauvetage de l'industrie financière, dont elle avait déjà fait part dans son article du Wall Street Journal (voir notre article précédent).

"Nous sommes supposés dépenser 700 milliards de dollars pour résoudre ce problème." a-t-elle déclaré dans sous les huées de la foule. "Et bien, laissez moi vous dire une bonne chose : peut-être que c'est vrai on a besoin de résoudre cette crise, mais on a surtout besoin de licencier tous ceux qui sont responsables de ce désastre... et si vous pensez que cela m'énerve vraiment, vous avez raison."

Hillary Clinton sur scène au lycée Grand Rapid Central samedi après-midi tenant meeting our son ancien rival.


Hillary a donc maintenant clairement choisi son rôle dans cette campagne, et il faut bien reconnaître qu'il lui va comme un gant. Elle est, et va être, celle qui est à l'écoute des problèmes des Américains, celle qui comprend et qui partage les souffrances des petites gens, des  classes moyennes, particulièrement affectées par la crise. Et bien entendu, pendant ce temps, tout le monde se rappelle à quel point l'économie de la nation se portait bien sous l'administration de son époux.

Oui, vraiment, pas de doute : "c'est toujours l'économie, stupid" !

Commenter cet article