Story-telling...

Publié le par french puma

French version ; English version below
Ce soir, avant le second débat présidentiel qui doit se dérouler dans le Mississipi, John McCain se pose certainement cette question  :
A quoi bon débattre ?



Quel est, en effet, l'intérêt d'un deuxième débat présidentiel ?

Un débat entre candidats à la présidence n'a de sens que dans les vraies démocraties : les différents candidats peuvent y exposer leurs opinions, confronter leurs propositions, leurs programmes, leur vision respective de leur pays.
Les journalistes jouent leur rôle d'arbitre, ils sont là pour leur poser des questions, et le lendemain, ils analysent avec objectivité la manière dont le débat s'est passé, et qui a gagné (s'il y a un vainqueur).

Mais dans l'Amérique d'aujourd'hui, pourquoi John McCain prendrait-il la peine de débattre ?

Le vainqueur de cette élection présidentielle est déjà connu.
Le vainqueur de cette élection a déjà été choisi par les journalistes et les "spécialistes".


Quoi que John McCain dise sur Obama, cela sera critiqué comme une tentative désespérée.
Quoi que Sarah Palin puisse dire, on dit d'elle qu'elle fait une campagne négative, qu'elle tente de détourner l'attention des électeurs des vrais enjeux de cette élection.

Quoi que les deux Républicains puissent dire, personne n'essaie même de chercher à savoir si c'est vrai : par exemple, les rapports entre William Ayers et Obama ont été rejetés comme une simple expression de l'amertume des perdants. Peu importent les faits : peu importe ce qui s'est réellement passé entre Ayers et Obama, les médias ont déjà décidé que c'était faux, sans même enquêter. Car Obama n'a aucun défaut.
Normal, c'est un héros ! Leur héros !
Et qui a déjà entendu parler d'un héros qui aurait des choses à se reprocher ?


Quoi que Obama puisse dire au sujet de John McCain, on le prend plus au sérieux et on examine les faits. Puis, très vite, le verdict tombe, toujours le même !
Oui, Obama a raison. John MCCain est malhonnête. Il a été impliqué dans l'affaire Keating. Quelle honte !
Quoi que Obama réplique aux attaques de Mccain, on dit tout de suite : quel génie ! quel sens de la politique ! Et on s'extasie...

Quoi qu'il arrive dans cette course, tous les journalistes ont déjà choisi leur camp : ils ne sont plus des arbitres. Ils sont devenus des machines à faire de la propagande. Ils sont là pour vendre les livres qu'ils écrivent sur leur héros :

Quoi qu'il arrive ce soir dans le débat, voici les gros titres de demain : "Obama a gagné !"
Comme pour le débat vice-présidentiel, les journalistes savent à l'avance que le débat s'est soldé par une victoire des Démocrates, et cela avant même que le débat ait commencé !
Quoi que McCain puisse dire à Obama ce soir, la presse demain écrira : "McCain n'a pas réussi à changer la dynamique de cette élection."
Oui, je suis en mesure de faire cette prédiction, même si je ne suis pas voyante : Obama est le vainqueur du débat ! Peu importe si ce débat n'a pas encore eu lieu !

Car ils ont aussi tout pouvoir pour influencer les réactions des téléspectateurs qui sont aussi souvent des électeurs.

Alors, qui, selon vous, a gagné le débat des candidats à la vice-présidence : le sénateur expérimenté ou la pouffiasse ?


Car les médias ont décidé de faire du story-telling, c'est à dire de raconter une jolie histoire.

Et dans le monde superficiel qui est celui d'aujourd'hui, cela marche parfaitement.

La planète entière est confrontée à une crise sans précédent qui va peut-être engloutir des millions de personnes, et plonger de nombreux pays dans une récession sans précédent.

Mais ce n'est pas grave, car les médias ont décidé que le rêve doit continuer...

Les médias ont décidé de raconter un conte de fées aux Américains :

il était une fois un petit garçon afro-américain qui vivait dans un pays où l'esclavage avait existé des siècles durant et qui était confronté aux conflits raciaux depuis de nombreuses années.

Ce petit garçon était si intelligent, si merveilleux, si brillant qu'il réussit à gravir l'échelle sociale et à devenir président de son pays.

Ce petit garçon, quand il fut plus grand, devint le leader du monde entier.


Alors, n'est-ce pas une très jolie histoire ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article