Obama et la crise financière

Publié le par french puma

French version ; English version below
Ce matin, la crise financière semble s'aggraver, les bourses mondiales plongeant une nouvelle fois très sévèrement. La perspective d'une nouvelle "Grande Dépression" se profile un peu plus à l'horizon, en Amérique et partout dans le monde.


Conséquence de tout cela : les électeurs américains semblent s'intéresser à une seule chose : la situation économique. Au point, que le célèbre slogan "It"s the economy, stupid" qui inspira l'équipe Clinton en 1992 et les conduisit à la victoire semble plus que jamais d'actualité dans cette campagne 2008. 

 

Pour l'instant, et cela paraît logique, c'est Obama qui semble tirer profit de cette situation. Les gens sont plus enclins à voter pour l'autre camp quand l'un des deux partis a échoué. John McCain est associé aux politiques économiques désastreuses de George Bush, et les Américains espèrent qu'un Démocrate sera capable de leur redonner de l'espoir. Ils sont donc prêts à soutenir un Démocrate, quelle que soit sa crédibilité, quel que soit son passé, quel que soit son bilan.

Le problème, c'est que ce Démocrate s'appelle 
Barack Obama.

Et que Barack Obama a certainement bien plus de responsabilités dans le désastre financier actuel que John McCain.

 

Voici pourquoi :

En avril 1995, un article parut dans le Chicago Sun Times, qui commençait ainsi :

“Vous avez seulement quelques dollars d'économies. Votre emploi vous rapporte des clopinettes. Vos historiques de crédits sont dans le rouge. Vous avez fait faillite en 1989. Mais il ne faut pas désespérer : vous pouvez encore devenir propriétaire d'une maison." 
 

Cet article suggérait ensuite que les gens qui voulaient devenir propriétaires et qui correspondaient à ce profil, pouvaient contacter une association appelée ACORN. 
 

En fait, ACORN (Association of Community Organization for Reform, c'est à dire un groupe de travailleurs sociaux censé venir en aide aux défavorisés dans plusieurs domaines) exerça à cette époque une très forte pression sur les banques afin que ces dernières acceptent d'accorder des prêts à des citoyens issus des minorités. L'établissement de crédit Fannie Mae, qui a connu des difficultés il y a quelques jours, faisaient par exemple partie des banques ayant fait l'objet de ce harcèlement de la part de ACORN, qui les menaçait notamment de les accuser publiquement de discrimination raciale s'ils ne faisaient pas un effort pour revoir leur politique d'attribution de crédits. 
Fannie Mae a finalement obtempéré et a dû revoir ses critères d'attribution de crédits immobiliers à la baisse, afin que des gens très pauvres puissent en bénéficier, dont beaucoup étaient issus des minorités.

 


Tout le monde sait ce qu'il arriva par la suite.

C'est bien parce que des banques comme Fannie Mae sont en faillite (le gouvernement américain a été obligé de les racheter!) que le monde entier aujourd'hui doit faire face à une crise financière sans précédent.

Et Obama dans tout ça ?

Et bien, Obama connaît très bien ACORN. Il a même travaillé pour eux en tant qu'avocat. Il les a soutenus depuis le début dans leurs actions de travailleurs sociaux. D'ailleurs lui-même a travaillé comme "travailleur social" à Chicago et il a mené ce genre de missions...

Cela veut dire qu'il a encouragé des gens très pauvres à s'endetter alors qu'ils n'avaient pas les moyens de rembourser des crédits à taux d'intérêt variables, qui les mèneraient fatalement à la ruine. Il a fait partie de ces gens sans scrupule qui ont conduit ces pauvres gens à la rue, tout cela pour faire plaisir aux banques...

Et, en échange, Fannie et Mae a été l'un des ses généreux contributeurs...
Et son ex-PDG Jim Johnson est devenu l'un de ses amis. Il a même travaillé pour sa campagne :  il a fait partie d'un groupe d'experts chargés de choisir le meilleur candidat pour être le colistier de Obama...


 James A. Johnson, ancien PDG de Fannie Mae, fait partie d'un groupe de conseillers de Barack Obama qu'il avait chargés de choisir celui qui ferait le meilleur candidat à la vice-présidence.  (Bloomberg News)




Alors, qui oserait encore affirmer que Obama n'est en aucun cas mêlé à toute cette débandade financière ?

Et dire qu'aujourd'hui il ose venir faire la leçon et s'indigner au sujet de ceux qu'ils appelle les responsables !

Et sa propre responsabilité à lui, l'a t-il oubliée ?

Quel culot !



 Et en plus, cerise sur le gâteau, ACORN est maintenant impliquée dans une grande opération de fraude électorale dans plusieurs Etats, en tant qu'association oeuvrant pour inciter les gens à s'inscrire pour aller voter.

Il semblerait que les inscriptions sur listes électorales, notamment grâce à eux, ont explosé, si bien qu'elles sont parfois totalement fictives. Par exemple, dans un Etat comme l'Indiana, dans certains quartiers les habitants sont pris d'un tel enthousiasme pour aller voter que les électeurs inscrits sur les listes représentent désormais 105 % de ceux qui sont théoriquement en âge de le faire. Beau succès en effet !


Alors, ce matin, je me demande vraiment pourquoi le camp McCain n'a toujours pas dit un seul mot de toute cette histoire...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

David C. 11/10/2008 03:45

Vous souhaitez des solutions pour faire face à la crise financière internationale:

Faites appel à Cheminade !!!

Depuis 1995, Jacques Cheminade l'avait dit!!! Aujourd'hui Jacques Cheminade propose ses solutions!!!

Vite demandez un VRAI Nouveau Bretton Woods !!!

Nous avons fait le bon diagnostic, en regardant la réalité en face l’hiver dernier. Maintenant, soutenez avec nous ces mesures : c’est le médecin qui fait le bon diagnostic qui rédige la meilleure ordonnance.

David C.
david.cabas.over-blog.fr