Pas de quoi être fier...

Publié le par french puma

French version ; English version below
Pour Barack Obama, le soutien que vient de lui apporter Colin Powell n’est sûrement pas quelque chose dont il puisse être fier.

 



Colin Powell, c’est vrai, a été autrefois un personnage très respecté aux Etats-Unis.

 

Mais personne n’a oublié comment il a lui-même détruit toute sa crédibilité avec son discours devant les Nations-Unies, en février 2003, un discours plein de mensonges. Tout le monde se rappelle de l’image où on le voit avec ses graphiques et ses simulations électroniques, ses photos satellite, et ses autres soi-disant preuves, tentant de convaincre les membres du Conseil de Sécurité plus que sceptiques que la guerre était justifiée, car l’Irak faisait tout pour tromper les inspecteurs des Nations Unies sur la question des armes de destruction massive.

 




Powell a donc menti sur l’Irak  parce que George Bush lui avait demandé de le faire. Il avait affirmé que l’Irak possédait des armes de destruction massive, et que la guerre était donc justifiée. C’est tout son discours qui a mené les Etats-Unis dans cette guerre qui n’est pas encore terminée.

 

Et n’oublions pas que jusqu’à présent, Colin Powell ne s’est jamais excusé,  ni pour son discours, ni pour ses mensonges : pas un mot de regret !

 

Alors comment un tel personnage pourrait-il être un atout majeur dans la campagne de Obama ?

 

De plus la contradiction est frappante entre l’un, qui est à l’origine de cette horrible guerre (Powell), et l’autre, qui prétend avoir voté contre la guerre (Obama), ce qui est faux…

 

Alors dites-moi SVP où est la logique là-dedans ?

En tout cas, pour beaucoup d’Américains qui comptent voter Obama simplement parce qu’il affirme avoir été contre la guerre, cela risque d’être bien troublant, pour ne pas dire autre chose…


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marty 21/10/2008 17:44

"Et n’oublions pas que jusqu’à présent, Colin Powell ne s’est jamais excusé, ni pour son discours, ni pour ses mensonges : pas un mot de regret !"

http://www.voltairenet.org/article127687.html