"Si, se puede" ?

Publié le par french puma



Depuis quelques années, les Hispaniques sont devenus la minorité la plus importante aux Etats-Unis.

Ils sont maintenant plus nombreux que les Noirs, représentant environ 15 % de la population américaine, alors que les Afro-Américains ne représentent que 13 %.

Et paradoxalement, c'est un Afro-Américain, et non un Hispanique, qui pourrait devenir président des Etats-Unis la semaine prochaine.




Aujourd'hui, un nouveau sondage tout juste publié indique qu'une majorité de Latinos seraient prêts à voter Obama, contre seulement 23 % pour McCain.

C'est d'autant plus surprenant que pendant les primaires, les Hispaniques n'ont pas fait preuve d'un grand enthousiasme envers Obama.


Et c'est étrange aussi, parce que lors de la dernière élection présidentielle de 2004, George Bush a quand même réussi à remporter 44 % des voix hispaniques, c'est à dire près de la moitié.

Ce week-end, Hillary Clinton était au Nouveau-Mexique pour un meeting en faveur de plusieurs candidats Démocrates au Congrès, et pour soutenir bien sûr son ancien rival.


Environ quinze mille personnes sont venues l'écouter samedi, à Sunland Park.
Comme il se doit, la foule a scandé le slogan "Si, se puede", "Si, se puede", version espagnole de "Yes we can".



La sénatrice de New York s'est adressée à ses anciens supporters en ces termes, ces mots qu'elle répète maintenant depuis des semaines :

“Je veux un président avec lequel je peux travailler."

Des mots vides, des mots qui semblent être ceux d'un automate, d'un robot :


 
“Barack et moi avaons commencé sur des chemins différents, mais maintenant nous sommes embarqués pour le même voyage, celui qui va mener à la Maison Blanche."


"On vous aime", criait la foule.

"Je vous aime aussi", répondait Hillary.

Belle histoire, n'est-ce pas ?


"Chaque vote compte", a-t-elle insisté.
Un monde meilleur, ça ne vient pas tout seul. On l'obtient en allant voter."


Malgré les efforts de Hillary et ce que disent les sondages, tout ne va pas si bien dans le meilleur des mondes.

Je continue de penser que le vote Latino est loin d'être acquis à Obama, et reste l'inconnu de ce srutin.

Car selon moi, la question raciale reste un obstacle.

Il faut se rappeler que l'Amérique n'est plus un melting-pot : c'est une "salade composée" (salad-bowl).

Cela signifie que chaque minorité a voulu garder ses origines, son identité, et regarde parfois les autres minorités avec suspicion. Les tensions entre les races, (Hispaniques, Noirs, Asiatiques) tout cela n'est pas que du passé.




Alors, est-ce que les Hispaniques ont tant envie que ça de voir arriver un Noir à la Maison-Blanche ?

Pas si sûr, à mon avis...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marty 28/10/2008 22:57

Seul, le résultat final nous le dira !